LA VERTICALE : Oops, I did it again !

Lucile Woodward 14 mars 2019 , 17 h 00 min

Hey !

Deux ans après ma première expérience, j’ai eu envie de retenter La Verticale. Aucune idée de pourquoi… Enfin si, en fait, j’ai compris pourquoi, hier soir, après avoir gravi les 1665 marches qui me séparaient du sommet de la Tour Eiffel… Et j’avais envie de partager avec vous l’expérience de cette course d’escaliers un peu folle..

Ne jamais dire jamais…

Pourtant j’avais dit que je ne referai plus jamais La Verticale. Une épreuve trop dure, de mauvaises sensations et deux mois de mal de dos… J’avais eu du mal à m’en remettre …

Et finalement la tentation a été plus forte que ma raison ! En novembre dernier, je demandais ma ré-inscription aux attachées de presse de l’événement. Et là, j’ai bien conscience de la chance que j’ai. Quand certaines personnes, bien plus méritantes que moi, attendent 4 à 5 ans pour s’inscrire à ce challenge, auquel ne peut participer qu’une centaine de personnes tirées au sort… j’ai la chance grâce à mon statut de coach diplômée et d’influenceuse, et donc grâce à vous, mes lectrices (lecteurs) et followers, de pouvoir accéder à la ligne de départ et vivre une expérience sportive unique!  

Jambes affutées.

En réalité, l’une des raisons de ma deuxième participation à La Verticale, ce sont les résultats des entraînements. Il n’y a rien qui vous “fit” plus que les escaliers ! Je me rappelle de mes jambes musclées et sèches après ma première préparation… Et comme cette année j’avais un shooting maillot de bain programmé à La Barbade en février, je me suis dit que ce serait une super occasion d’y aller bien fuselée, en m’entraînant à nouveau pour La Verticale. Je sais, c’est une raison un peu terre-à-terre… J’assume.

Une autre raison : ce sentiment de mauvaise préparation avant ma première participation. Trop d’escaliers et de renfo, mais pas assez de cardio en amont. Et un système cardio-respiratoire qui avait explosé trop tôt sur la course. Donc, cette année, j’avais envie de tester si un autre entraînement pouvait faire la différence. Même à 37 ans. Même avec très peu de temps d’entraînement possible.

Mon entraînement pour La Verticale.

En fait, toutes les semaines d’hiver, le jeudi, j’ai relevé des défis Escaliers (la bonne vieille rue Beethoven encore !) avec mon fidèle Frédéric Paupert, à raison de 12 à 17 montées, à chaque fois, sur des rythmes variés. Pour le renforcement musculaire, j’ai tablé sur une fois par semaine avec des charges pour les lombaires, les abdos, les cuisses et les fessiers. Et du fractionné, une fois par semaine. Je déteste ça mais je me suis fait violence.

Pour La Verticale, mon plan d’entraînement fractionné s’est étalé sur 6 semaines.

1ère semaine : 3 x 5 min. de course à fond.

2ème semaine : 4 x 5 min. au max.

3ème semaine : 5 x 5 min au max.

4è – 5é – 6 è semaines : 6 x 5 min au max du cardio.

Pas assez assidue.

Malheureusement, je n’ai pas été aussi assidue que je l’aurais voulu. Avec mon séjour à La Barbade en février, puis le décalage horaire, puis les sept jours suivants ultra chargés… les 3 dernières semaines de mon planning m’ont fait revoir mes priorités. Donc, pour être tout à fait honnête, je suis arrivée hier soir, sur la course, avec un sentiment d’entraînement pas fini mais, en même temps, j’étais très relâchée mentalement.

En gros : je savais que j’allais finir la course et que ça allait être l’enfer pulmonaire au niveau du troisième étage. Et ça, cette projection : c’est un gros avantage psychologique !

La Verticale… annulée…

Au moment du briefing, à 19h30, l’horreur ! On nous annonce qu’à cause du vent, tous les départs sont retardés de 30 minutes et que la course pourrait se finir au deuxième étage… Dégoutés, nous sommes tous dans l’expectative.

Au final, la course jusqu’au troisième étage est validée. Une nouvelle qui a de quoi re-motiver les troupes ! Quoique… il fait froid, l’ambiance est un peu hard dans le stade, en attendant les départs. Du coup, avec un pote et deux autres membres de ma team, on part boire un verre (d’eau !) à l’hôtel Pullman, juste en face. Je vous recommande de faire ça d’ailleurs si vous faites la course un jour. Car attendre dans le froid c’est mauvais pour les muscles.

“Qu’est-ce que je fous là ?”

Au moment du départ des femmes, j’avoue que mon coeur s’emballe. Je ne peux pas m’empêcher de penser : “Mais qu’est-ce que je fous là ?… j’avais dit que je ne le referai plus…” Vous savez, ce sentiment de grosse flippe qui nous prend, toutes et tous, juste avant une course ? Oui, il est bien là et il ne me lâche plus. Jusqu’au coup de départ.

Sereine, j’y vais tranquille. Une marche à la fois, à un rythme cool. J’apprends de mes erreurs. La première fois, je m’étais grillée immédiatement, en voulant y aller 2 par 2. Donc là, j’y vais cool. Le premier étage passe nickel. Je suis bien et fraîche.

À l’arrivée au deuxième étage, je sens que je repousse un peu plus loin mes limites. J’arrive encore à sauter pour monter, je suis bien placée, mon dos est bien droit. Près de l’arrivée au sommet du deuxième étage, je commence à changer de rythme : 2 par 2 sans sauter.

À ce moment de la course, c’est plutôt agréable parce qu’il y a un bon moment de running, ça fait du bien aux jambes. En plus, je dépasse deux personnes… petite victoire qui, en passant, fait du bien au moral.

Méditation….

Ensuite je suis dans mes pensées. Dans la cage d’escaliers qui monte au 3e étage … Mon dialogue interne est à fond les ballons ! “C’est dur, ça va.” “C’est chiant, pourquoi je suis là.” J’essaie de me mettre dans une sorte d’état méditatif. Je me concentre sur ma respiration, sur l’acceptation des choses. Je me dis aussi que c’est le moment d’essayer de comprendre pourquoi je suis là, pourquoi j’ai eu envie de la refaire cette Verticale ?

Il y a un vent de dingue. C’est dur. Il fait froid. J’ai peur. J’ai envie de vomir. Je suis au maximum de ma respiration. Mes jambes, mes bras : ça va. J’arrive bien à me hisser, ça m’aide énormément. Deux marches par deux marches, je me hisse. Mes jambes vont toujours bien. Je me tiens droite je protège mon dos qui m’avait fait si mal après la 1er course. Je double encore une personne. Puis je vois cette athlète unijambiste. Elle galère. J’ai envie de l’aider…. Je prends trois secondes pour lui faire un bisou sur ses cheveux et l’encourager. Et je repars !

Je m’en fous !

A ce moment, deux athlètes souhaitent me doubler. Je prends le temps de m’arrêter pour leur laisser la place. Je m’en fous !! Peu importe de faire ou pas un meilleur temps que l’an passé. Je constate déjà que je suis mieux dans ma respiration et dans le moment. C’est peut-être ultra dur mais ça l’est moins que l’an passé…

À 400 marches de l’arrivée, j’ai ce goût de sang dans la bouche qui arrive. Et alors que mes jambes vont toujours bien, je suis incapable d’aller plus vite. J’aurais envie de tirer plus mais je suis au bord de vomir. Je me raisonne et je reste sur mon rythme. Ça passe. 200 marches… puis l’escalier en colimaçon de la toute, toute fin. Et là, j’entends les cris… j’y suis… 5 mètres… 15’28’’

25 secondes.

Soit une amélioration de 25 secondes par rapport à mon premier temps. Okay, je me sens mal, j’ai envie de vomir, j’ai envie d’exploser mes poumons pour respirer plus, mais j’y suis arrivée ! Je garde cette joie pour moi, et je prends 4 à 5 minutes pour réfléchir. Pour comprendre pourquoi j’ai refait cette course si dure.

Et là, c’est une évidence. j’ai refait La Verticale pour savourer ce sentiment d’accomplissement que je ressens là tout de suite. Et je me dis : “putain, j’ai relevé mon défi !”. J’en suis encore capable, même d’y arriver un peu mieux, même avec mon rythme de vie complètement dingue de maman, de coach sportif, chef d’entreprise. En fait, je me suis prouvée à moi-même que c’était encore possible. Même 2 ans après.

La Verticale : mon “jean test” à moi !

Certaines redoutent d’affronter leur jean test, d’autres le check-up chez le médecin, moi c’était La Verticale qui me faisait flipper parce qu’elle allait me remettre au défi…. Je me suis confrontée à moi-même et au pire défi sportif qu’il m’ait été demandé d’accomplir. C’était mon challenge de me mesurer à moi-même pour redonner un coup de boost à ma confiance en moi. Finalement, je suis encore assez fit !

C’est très égoïste comme sentiment, mais je suis contente de vous le dire. Parfois, les challenges sportifs, c’est juste pour son ego. Juste pour se dire qu’on est capable de le faire. Juste pour se le prouver à soi-même. Et voilà.

Alors, clairement, mon classement est naze. Je suis 24ème sur 35 femmes. Mais je m’en fiche ! Je ne l’ai pas fait pour performer sur le classement. Je l’ai fait pour moi et uniquement pour moi. Au final, l’entraînement plus fractionné au seuil et le renfo des lombaires ont été très bénéfiques pour repousser le mur et éviter les maux de dos par la suite. La preuve : je me sens super bien, le lendemain !

Et franchement, ça m’a fait tellement de bien que je suis partante pour recommencer maybe l’année prochaine ou dans deux ans… Ou me lancer à l’assaut d’une autre Tour quelque part dans le monde !

Et vous, les filles, vous avez relevé quel défi durant l’hiver ? Dites-moi tout !

lucilewoodward

Je ne suis pas la coach des stars. Je me présente plutôt comme la coach sportif des vrais gens dans la vraie vie. Moi aussi j’ai un boulot, un enfant, un mari, des amis... Et je sais très bien à quel point il est difficile de rester motivé, de garder la forme, de garder la ligne dans nos vies d’aujourd’hui.

Les articles liés
BODY BY LUCILE SUMMER CAMP, once again !

Mon Body By Lucile Summer camp est de retour ! Une semaine un peu dingue, […]

Mon nouveau programme DÉFI DE L’HIVER

Salut tout le monde, et bonne année surtout !! L’une de mes bonnes résolutions cette […]

Commentaires
  • Nadine 14 mars 2019 à 21:49 Répondre

    Bravo pour ce défi ! Un beau résumé, vrai et sincère ! Et personnellement, le sentiment d’egoïsme dont tu parles ne me choque absolument pas ! Tu peux être fière de toi !

  • Tracy 14 mars 2019 à 21:58 Répondre

    Je me suis entraîné comme une dingue pour un semi marathon.
    Trop.
    J’ai fracturé.
    Pour le moment j’ai les boules, j’ai les larmes aux yeux dès que j’en parle.
    Je vois un médecin du sport.
    Il va m’aider je le sais.
    J’ai doublé mon entrainement même si j’y suis allait progressivement sur les sorties longues je suis passé du simple au double.
    Dommage.
    On vérifie aussi les carences.
    2 fractures en 6 mois c’est lourd.
    Mais je peux nager alors je souffle et je respire, j’y arriverai

  • Sabine 15 mars 2019 à 04:01 Répondre

    Bravo à toi j adore ce sentiment d’avoir relevé ce défi moi je me prépare pour un 60 Kms pour début juin ça craint bravo encore

    • Team LW 18 mars 2019 à 15:32 Répondre

      Hello Sabine ! Merci de ton soutient et bonne chance pour tes 60 km !!

  • Sand 15 mars 2019 à 06:43 Répondre

    Bravo lucile!
    J’avoue que j’avais été très étonnée que tu récidives et j’avsis Hâte que tu nous en parle
    .
    Bon ba je ne peux que comprendre!
    Ce sentiment à la fin c’est la vie! C’est porteur, c’est beau ça fait du bien!
    Moi je trouve que ton classement est déjà top! Un gros bravo

    • Team LW 19 mars 2019 à 14:54 Répondre

      Merci pour ton soutien ! C’est super gentil ! Bises !

  • Afaf 15 mars 2019 à 09:54 Répondre

    Bravo pour ton accomplissement, tu ne peux qu’être fière de toi Lucile!
    Ca m’a donné des frissons, j’ai tellement envie d’essayer…

  • Florence 15 mars 2019 à 12:54 Répondre

    J’ai lu il y a quelques jours une citation sur IG. “La course à pieds, c’est une affaire entre l’âme, le corps et l’esprit. Un pur moment d’égoïsme”.
    Je pense qu’elle s’adapte à tout les sports qui nous rendent fièr(e)s de nous accrocher chaque jour pour réussir nos défis.

  • Aurélie 15 mars 2019 à 18:22 Répondre

    Moi, cet hivers j’ai régonflé mon égo et ma motivation en participant et finissant ma 1ere course nature de 14 km. Ça fait du bien au moral et quand l’entrainement est difficile je me motive en me disant “Tu l’as fait “

  • Laisser un commentaire !

    Derniers articles

    Instagram

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts. (en savoir plus)